Brussels Airport

Propriété à 39% canadienne, 36% australienne et 25% étatique belge, sous contrôle de gestion de Belgocontrol, notre ancien aéroport national rebaptisé Brussels Airport en 2006 ne cesse de se développer et est indéniablement appelé à se renforcer encore davantage avec l’émergence de compagnies low cost opérant depuis Bruxelles et le déploiement d’une plateforme de fret qui est très loin d’être négligeable.

A tel point que d’aucuns estiment que le site ne fonctionne pas encore à plein régime et devrait pouvoir, à terme, doubler le nombre de ses mouvements aériens et de ses passagers.

Tous éléments qui poseront tôt ou tard la question d’une délocalisation, les sites de Beauvechain (ancien aérodrome militaire) et Chièvres (pour sa proximité avec Lille) ayant déjà été pressentis mais sans finalisation à ce jour.

Voyez ci-après les dernières communications de Brussels Airport Company

 dont le nouveau site internet

www.brusselsairport2040.be

une brochure d’information

http://www.brusselsairport.be/fr/cf/res/pdf/corp/fr/vision2040

un film sur la vision stratégique 2040.

https://www.youtube.com/watch?v=NS_kek26OIk&feature=youtu.be

Enfin, pour illustrer le propos, glissez vous en direct  dans le cokpitt des avions en phase de décollage , en plein coeur de l'action et branchez-vous sur

www.liveatc.net pour écouter - en direct ! - les conversations entre les contrôleurs aériens et les pilotes des avions

Retombées au niveau de l'emploi

Si le développement économique de l’aéroport et ses retombées secondaires au niveau de l’ emploi sont autant de perspectives réjouissantes pour la visibilité internationale de Bruxelles et sa prospérité, force est de constater que cette implantation à proximité de zones à très forte urbanisation (1200 habitants au kilomètre carré, ce qui revient à dire qu’un décollage est entendu par près 270 000 personnes) provoque des nuisances sonores incontestables devenues de plus en plus invivables pour les riverains. Une étude récente tend même à démontrer que les particules ultrafines qui se déposent sur la périphérie et Bruxelles polluent davantage l’air que toute la circulation routière quotidienne dans la même zone , une autre  classe Brussels airport en tête des pires aéroports européeens en termes de gestion des nuisances diverses...

Dossier éminemment politique

Dossier éminemment politique, aux péripéties rebondissantes d’une majorité à l’autre , géré en dépit des normes de vent , des quotas de bruit, de l’alignement des vols sur celles de la nuit européenne, du non-paiement d’astreintes, la problématique de l’ aéroport a, ces dernières années, mobilisé  différentes associations citoyennes qui ont fait exploser le nombre de plaintes adressées à Airport Mediation, le service fédéral bilingue de médiation qui dépend du service public fédéral de la mobilité et des transports et dont voici l’adresse pour porter plainte (téléphone : 02 724.02.60)

 Vous lirez  qu'il a beaucoup à faire dans  son rapport annuel ici

Vous trouverez ci-après les coordonnées de quelques-unes des associations de défense des habitants riverains :

U.B.C.N.A

L’Union belge contre les nuisances aériennes est une association plus spécifiquement active sur la partie Est de Bruxelles et sa périphérie dont les communes de Woluwe-Saint-Pierre, Woluwe-Saint-Lambert, Auderghem, Kraainem, Wezembeek-Oppem, Zaventem,...)

WAKE UP KRAAINEM

Regroupe des habitants de Kraainem et riverains : www.wakeupkraainem.be

PAS QUESTION

Collectif de citoyens de communes bruxelloises contre le plan Wathelet : www.pasquestion.be

BRUXELLES AIR LIBRE

Une asbl regroupant les habitants des 19 communes de Bruxelles capitale : www.bruxellesairlibre.be

On le voit et on l’entend surtout, un dossier très complexe avec de nouvelles procédures d’appel  dès la remise en fonction en avril 2015 des anciennes pistes.

 

 

 

Laissons à Arnaud Feist – C.E.O. de Brussels Airport company (BAC) - le mot de la fin lors d’une interview en novembre 2014 : » Nous ne voulons plus de bricolage avec les routes aériennes ».

Les derniers travaux à l'été 2016

Les travaux d'été se succèdent et se ressemblent. Les derniers, lors de la saison 2016, ont contribué à la rénovation d'une des trois pistes . Après la piste 07R/25L de l'été 2015 c'est au tour de la piste transversale 01/19 d'être recouverte d'un nouveau bitume et de se doter d'un nouvel éclairage Led et de nouveaux réseaux d'égouttage. La piste 25 R a  donc été , et largement , la plus utilisée pour les décollages et atterrissages pour un vent du Sud Ouest.

Toutes les cartes  avec l'utilisation des pistes sont consultables sur www.runwayworks.be ou  encore www.batc.be

En attendant, la fin du moratoire entraîne deux conséquences immédiates pour la périphérie, relestée d'un important trafic à la différence de Bruxelles très largement dégagée.

  • la "continuous descent operation" soit procédure de descente continue ( et lente) qui a pour effet de diminuer légèrement le bruit et la consommation de carburants pour les appareils arrivant à Bruxelles.
  • la " Noise abatment departure procedure" forçant l' avion à décoller plus vite et à monter d'emblée plus haut.

Ces deux mesures se révèlent plus porteuses pour les habitants des environs de Waterloo que pour les communes de la banlieue Nord est. L 'UBCNA a pour sa part déjà fait savoir qu'elle ne se contenterait pas de ces mesures...

 

 

 

En quelle langue Brussels Airport Company doit- elle communiquer ?

Un cas concret :

En avril 2015, la revue « Connect » éditée par Brussels Airport Company (BAC) et dont l’éditorial est rédigé par Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport Company a été envoyée sous format de toutes boites dans la commune de Crainhem avec toutes les explications sur les travaux de réfection de pistes à partir du 27 mai 2015 pour une période de d’environ 4 mois.

Cette commune comme toutes les communes de l’Est de Bruxelles seront donc survolées de façon très intensive pendant tous les mois d’été (atterrissages et décollages).

L’envoi d’une revue est une bonne chose…. sauf que …. celle-ci  a été distribuée uniquement en néerlandais alors que la population de la commune concernée compte plus de 75% de francophones.

Considérant  que BAC est une entreprise privée , personne morale, chargée par la loi ou les pouvoirs publics d’une mission d’intérêt général qui dépasse les limites d’une entreprise privée, elle est à ce titre, soumise aux lois sur l’emploi des langues en matière administrative, et l’on peut estimer que cet envoi unilingue méconnaît les lois linguistiques (article 40 alinéa 2 : avis et communications adressés directement au public par les services centraux, lesquels doivent être bilingues

Pour diminuer encore plus les nuisances, venez en train à l' aéroport !

83 villes du pays sont maintenant directement reliées à l' aéroport de Zaventem sans plus aucune correspondance à prendre et avec des fréquences augmentées. Un grand gain pour la mobilité, des économies de parking et un forfait estival tarifaire attractif: 35 € pour  3 personnes voulant rejoindre leur avion depuis n'importe quelle gare belge. Les détails pratiques ici

Partager une voiture pour arriver à l' aéroport

Plutôt qu'un taxi qui vous coutera +/- 40 € pour vous ramener  dans le centre ville, vous pouvez aussi opter pour la voiture partagée que vous propose deux sociétés en " free floating" : ZIP CAR et DRIVE NOW . Elles ont des points de remise des véhicules empruntés très proches des comptoirs d'enregistrement...  et  cela vous coûtera à peu près deux fois moins cher.